02 mai 2014

- Syrie - Raid aérien sur Alep (30 avril 2014)

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations et répondu aux questions suivantes :

La France condamne le raid aérien mené par le régime syrien le 30 avril, qui a coûté la vie à au moins 18 personnes, dont une majorité d’élèves d’une école du quartier d’Al Ansari à Alep.

Ce crime odieux témoigne de la poursuite par le régime d’une politique de terreur contre les civils, au mépris du droit international et du droit international humanitaire et en totale contradiction avec la résolution 2139 adoptée à l’unanimité par le conseil de sécurité des Nations unies.

La France rappelle la nécessité que la cour pénale internationale soit saisie afin que tous ceux qui ont commis des crimes de masse en Syrie soient jugés.

Q - Avez-vous du nouveau sur les allégations d’utilisation d’armes chimiques en Syrie et pensez-vous possible qu’il reste un reliquat d’armes chimiques non-comptabilisé dans ce pays et qui aurait échappé au contrôle des agences de désarmement (OPCM) ?

R - Comme l’a indiqué le directeur général de l’OIAC au conseil exécutif qui s’est tenu le 29 avril, une mission de l’OIAC sera dépêchée en Syrie pour recueillir des informations sur les allégations faisant état de l’usage de gaz de chlore sur plusieurs sites autour du village de Kfar Zeita, dans la province de Hama, à 200 km au nord de Damas.

Ces allégations rappellent que la menace chimique subsistera tant que l’objectif d’un démantèlement complet, rapide et vérifié n’aura pas été atteint.

La date du 27 avril fixée par le régime syrien lui-même pour l’évacuation de l’ensemble des agents chimiques hors de Syrie n’a pas été respectée. Nous l’appelons à achever l’évacuation des produits chimiques restants dans les plus brefs délais.

Dernière modification, le 05/05/2014

haut de la page