- Iran - Entretien de M. Laurent Fabius avec « France Inter »

Q - Sur l’Iran, à Vienne aujourd’hui, on va rentrer dans le détail de la mise en œuvre de l’accord de Genève. Diriez-vous que la confiance a été rétablie avec les dirigeants iraniens, ou qu’on est en voie de retrouver cette confiance ?

R - Oui, les choses se sont beaucoup améliorées.

Q - Faut-il attendre des premiers signes vraiment tangibles de l’Iran ?

R - L’accord conclu à Genève et où la France a joué - on le sait - un grand rôle est un signe de confiance beaucoup plus fort qu’auparavant. Il faut que cet accord soit respecté et je pense qu’il le sera. De toutes les manières, on a prévu des mécanismes de vérification par l’Agence internationale de l’énergie atomique et par une commission.

Il reste la deuxième partie, en particulier cette question très difficile qui est encore devant nous : est-ce que l’Iran va accepter ce qui est l’objectif de renoncer complètement à l’arme nucléaire ou est-ce qu’elle va vouloir rester simplement ce qu’on appelle « un pays du seuil », c’est-à-dire être à quelques semaines de l’accès à l’arme nucléaire ? C’est la grande question qui est posée et qui est encore devant nous.

Tout le sens de la négociation qui a été menée, c’est de dire à l’Iran : l’énergie nucléaire civile parfait, aucun problème, mais l’arme nucléaire non, parce que cela introduirait une prolifération. (…)./.

Dernière modification, le 10/12/2013

haut de la page