28 février 2014 - Liban

Liban

Q – Le groupe international de soutien au Liban se réunit à Paris le 5 mars. Quels en sont les participants ? Quels en sont les objectifs ?

R - Il appartient à chaque délégation d’annoncer publiquement sa participation. Il s’agit d’une réunion à niveau ministériel, co-présidée par la France et les Nations unies. Elle associera les cinq membres permanents du conseil de sécurité et les Etats les plus mobilisés en faveur du Liban (dont l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne), l’Union européenne, la Ligue arabe ainsi que les organisations onusiennes concernées (haut-commissariat aux réfugiés, programme des Nations unies pour le développement, Banque mondiale). Le président Sleimane sera présent.

Q - Faut-il s’attendre à des accords formels et des engagements des pays participants ?

R – La réunion sera l’occasion d’annonces et d’initiatives dans un certain nombre de domaines où la communauté internationale souhaite accompagner le Liban. Elle portera sur les trois volets de la mobilisation en faveur de ce pays : assistance aux réfugiés, appui aux forces armées libanaises et aide économique.

Q – Pensez-vous qu’il soit possible que l’on évoque la situation politique actuelle à Beyrouth ?

R – Un gouvernement vient de se constituer. Il importe de montrer la cohésion de la communauté internationale dans son soutien au Liban. Il faut tout faire pour préserver ce pays face à l’impact de la crise syrienne et notamment à l’afflux des réfugiés. Il est également très important que la communauté internationale réaffirme son attachement à l’unité, à l’intégrité territoriale et à la souveraineté du Liban.

Dernière modification, le 03/03/2014

haut de la page