28 janvier 2014 - Syrie

Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations et a répondu aux questions suivantes :.

- Syrie

Q – Pouvons-nous faire le point sur qui se passe à Genève : quelle est votre position vis-à-vis de la feuille de route qui a été présentée par la délégation du régime hier ?

R – Il y a un point positif : c’est que les négociations se poursuivent. La France est très attachée à ces négociations et à leur issue positive, c’est-à-dire la mise en place d’une transition. C’est l’objectif qui a été fixé par le Secrétaire général des Nations unies.

Pour la France, la position exprimée par le régime syrien est une manœuvre dilatoire. Elle ne répond pas à l’objectif fixé par la communauté internationale qui est celui d’une transition. Nous souhaitons néanmoins que les discussions se poursuivent.

Q – Spécifiquement, sur le contenu de la feuille des cinq propositions avancées, est-il possible d’élaborer ?

R – Ce communiqué en cinq points ne répond en rien à l’ordre du jour fixé par le Secrétaire général des Nations unies. Ce n’est pas une proposition qui s’inscrit dans le cadre fixé par la communauté internationale. C’est une manœuvre dilatoire qui ne nous surprend pas dans la mesure où le ministre syrien a également tenu des propos qui ne répondaient en rien à l’ordre du jour à l’ouverture de la conférence. Le plus important aujourd’hui, c’est de poursuivre les discussions dans le cadre fixé par le Secrétaire général des Nations unies.

Il s’agit également d’avancer vers un certain nombre de mesures de confiance et de mesures humanitaires. Je pense à des cessez-le-feu localisés, à l’accès humanitaire aux populations. Je pense en particulier à la ville de Homs, une des villes martyres de Syrie où la France souhaite à la fois l’arrêt des violences et un accès humanitaire à la population qui souffre depuis des mois, pour ne pas dire des années d’un siège par l’armée syrienne, avec certain quartiers où la population est affamée, littéralement, par le régime. Donc nous attendons du processus de Genève à la fois des avancées significatives en faveur d’une transition politique et des mesures humanitaires urgentes pour soulager les souffrances de la population syrienne.

Dernière modification, le 29/01/2014

haut de la page