29 Avril 2014

- Égypte - Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à une question à l’Assemblée nationale (Paris, 30/04/2014)

Monsieur le Député,

Sur la question de la peine de mort, la position de la France c’est « non », partout et quelles que soient les circonstances.

C’est un trait constant de la diplomatie française à travers la diversité des gouvernements. Vous le savez bien puisque vous suivez cette question avec beaucoup de passion et d’attention, nous menons toute une série d’actions en ce sens. Nous étions en particulier co-organisateurs, l’an dernier, du congrès de Madrid et, au début de chaque session de l’Assemblée générale des Nations unies, nous nous attachons à rassembler autour de nous le maximum de pays.

Concernant l’Égypte, où 683 condamnations à mort ont été prononcées, j’ai demandé - et il le fait cette après-midi même - à notre chargé d’affaires au Caire d’entreprendre une démarche spécifique auprès du gouvernement égyptien pour dire : quelles que soient les difficultés, que nous connaissons et qui sont immenses, quelles que soient les oppositions qui ont existées, ce type de condamnations prononcées « à l’abattage » n’est absolument pas acceptables, ni là-bas ni dans aucun pays du monde. On ne construit pas la paix civile avec des exécutions de masse, fussent-elles prononcées par les tribunaux. On construit la paix par la réconciliation et cela vaut pour l’Égypte comme pour toutes les nations du monde./.

Dernière modification, le 02/05/2014

haut de la page