Attentat au siège de l’hebdomadaire « Charlie Hebdo » - Déclaration de M. Manuel Valls, Premier ministre et M. Laurent Fabius

Déclaration de M. Manuel Valls, Premier ministre (Paris, 08/01/2015)

Comme c’était prévu, nous nous sommes retrouvés, sous l’autorité du président de la République, avec les ministres qui suivent évidemment les événements, suite à l’attentat barbare, commis hier sur Paris, dans les locaux de Charlie Hebdo, avec Laurent Fabius, Christiane Taubira, Jean-Yves Le Drian, Fleur Pellerin et Bernard Cazeneuve, mais, qui comme vous le savez, s’est rendu ensuite à Montrouge, où il s’est passé un événement particulièrement grave.

Nous avons fait le point avec le chef de l’État sur la situation, sur la poursuite engagée pour interpeller les individus qui ont commis cet acte hier, pour faire le point sur la sécurité, que nous devons à nos compatriotes, sur les rendez-vous, aussi, qui sont prévus sur le plan politique pour garantir l’unité nationale, sur les rendez-vous sur des manifestations qui sont également prévus.

Evidemment, le président de la République, moi-même et les ministres concernés, avec les directeurs de nos services, qui étaient là avec nous, nous suivons très attentivement la situation et nous voulons dire aux Français, à travers vous, toute la mobilisation qui est la nôtre. Nous voulons aussi saluer le fait que nos concitoyens se soient rassemblés hier. Ils le feront encore aujourd’hui et cette fin de semaine incontestablement, avec cette volonté de nous battre pour nos libertés, pour notre démocratie, pour notre tolérance.

Et puis enfin - j’ai l’occasion de le dire ici - je demande bien sûr aux organes de presse d’être particulièrement prudents sur le type d’informations et de messages qui aujourd’hui sont diffusés sur vos ondes, parce que toute information peut aussi mettre en cause le travail d’enquête et poser des risques, à la fois de sécurité et ne pas permettre l’interpellation. J’en appelle, donc, aussi à la responsabilité de chacun. Hier soir, cette nuit, ce matin, circulent des informations, souvent sur la toile, mais aussi sur vos ondes, qui peuvent nuire, encore une fois, au travail des forces de l’ordre. L’information est totalement libre, les questions sont légitimes, mais j’en appelle, là aussi, vraiment à la responsabilité de chacun. Merci

Attentat au siège de l’hebdomadaire « Charlie Hebdo » - Propos de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, précédant la minute de silence (Paris, 08/01/2015)

Mesdames et messieurs,

Des terroristes veulent nous intimider, ils veulent aussi nous diviser. Donc il faut faire exactement le contraire, être ferme et être uni.

Je vous invite à vous recueillir.

Dernière modification, le 09/01/2015

haut de la page