« ANOTHER LOOK » Festival du film européen restauré – 2ème édition

Du 15 au 31 janvier 2014 Dans les cinémathèques de Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem

PNG

Vers le site officiel du festival : http://anotherlook.co.il/2/

A l’initiative de l’Ambassade de France et de l’Institut français d’Israël, et avec le concours actif et financier de la Délégation de l’Union Européenne en Israël, se tiendra du 15 au 31 janvier 2014 la 2ème édition du Festival du film européen restauré, « Another Look ». Ce festival se déroulera avec le soutien des Ambassades d’Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Grèce, Italie, Pologne, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni et Roumanie et avec la participation, pour la première fois, du cluster EUNIC Israël, regroupant différents pays européens sur l’organisation de projets culturels.

Le Festival « Another Look » propose au public israélien de (re)découvrir un classique du patrimoine cinématographique de chaque pays européen partenaire de l’événement soit 13 films restaurés et sous-titrés en hébreu et en anglais grâce au soutien des cinémathèques nationales de chaque pays. L’an passé, ce festival a accueilli un large public dans les cinémathèques de Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem, ravi de pouvoir apprécier sur grand écran des chefs d’œuvres cinématographiques rarement diffusés. Ce succès sans précédent a convaincu d’autres pays européens de se joindre au projet.


L’ouverture du festival se tiendra le 15 janvier 2014 à 19h à la cinémathèque de Haïfa avec la projection du film de Milos Forman sorti en 1967, Au feu les pompiers !
, restauré par les Archives Nationales Cinématographiques de Prague, en présence du maire de la municipalité de Haïfa, Yona Yahav et des Ambassadeurs et des Directeurs des centres culturels de chaque pays partenaire de ce projet exceptionnel.

Au fil des ans, il est devenu plus que nécessaire de protéger les œuvres cinématographiques des ravages de l’usage et du temps. Diverses institutions ont été créées dans le monde pour sauver le 7ème Art de la destruction. Les Archives Cinématographiques Européennes ont initié ce vaste projet de restauration et possèdent aujourd’hui une des plus riches collections cinématographiques au monde. Le Festival « Another Look » est plus qu’un festival ordinaire, c’est un projet, celui de ramener à la lumière et sur grand écran des versions restaurées de chefs d’œuvre cinématographiques, sensibiliser le grand public aux classiques du cinéma européen et aux moyens nécessaires à mettre en œuvre pour les préserver.

Les films présentés ont été choisis selon deux thèmes :

1. Confrontation au réel.
Les films présentés sous ce thème offrent différentes situations du réel auxquelles sont confrontés les personnages du film. Face à l’adversité, aux tensions, comment les héros s’en sortent-ils ? Quelles solutions trouvent-ils ?

2. Un brin de fantaisie.
Les films ici présentés proposent différentes formes de représentation du réel, par la comédie, l’horreur ou le fantastique, ils présentent la réalité sous un autre jour.

Le Festival « Another Look » sera également l’occasion de mettre en avant le travail minutieux de restauration d’œuvres cinématographiques au travers d’un symposium, ouvert au public, qui se tiendra le 16 janvier de 12h à 17h à la Cinémathèque de Tel Aviv, en présence de 6 professionnels de la restauration cinématographique d’Israël et d’Europe, invités par le festival « Another Look » : Meir Russo, Directeur des Archives Israéliennes du Film, Cinémathèque de Jérusalem, Deborah Steinmetz, Directrice des Archives du Film Juif Steven Spielberg, Joav Shdema, Directeur de la société DB DIGITAL, Liat Benhabib, Directrice du Département visuel de Yad Vashem, Yaël Perlov, conférencière et rédactrice pour le cinéma, Anca Mitran, Directrice des Archives Cinématographiques de Roumanie, Michal Bergant, Directeur des Archives cinématographiques de République Tchèque, Thomas Ballhausen et Silvester Stöger, experts en restaurations au sein de la Cinémathèque d’Autriche. Ils présenteront leur travail, notamment au travers d’œuvres restaurées.

Planning des projections

Rome, ville ouverte, de Roberto Rossellini (Italie, 1945)

Rome, hiver 1944. Un ingénieur communiste, Giorgio Manfredi, tente d’échapper aux Allemands qui occupent la ville. Il se réfugie chez un ami dont la fiancée, Pina, le met en contact avec le curé de la paroisse Don Pietro. Mais la maîtresse de Manfredi va tous les dénoncer aux Allemands.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 18/1 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 19/1 à 19h

Cinémathèque de Haïfa, le 17/1 à 16h

Le bataillon aux pieds nus, de Gregg Talas (Grèce, 1954)

Paru aux Etats-Unis sous le titre « The Barefoot Battalion », « Le bataillon aux pieds nus » raconte l’histoire d’un pays assiégé en temps de guerre et de l’effet de cette situation sur les enfants. Sous forme de flash-backs qui relatent les souvenirs d’un jeune homme après la guerre, le film raconte comment sa sœur et lui parviennent à subsister, comment lui a dû devenir voleur pour y parvenir. Ils tombent sur un groupe de garçons, le « bataillon aux pieds nus », qui volent la nourriture des Allemands et la distribuent aux nécessiteux et aux démunis de la ville. Les garçons prennent en pitié le frère et la sœur et les laissent se joindre à eux. En dehors de voler nourriture et provision, ils se cachent et font de la contrebande avec l’aide d’un aviateur américain.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 26/1 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 24/1 à 14h

Cinémathèque de Haïfa, le 31/1 à 16h

La faim, de Henning Carlsen (Danemark, 1966)

Deux amants iront jusqu’à mourir de faim pour ne pas être séparés.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 21/1 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 30/1 à 18h30

Cinémathèque de Haïfa, le 22/1 à 18h

Tell me lies, de Peter Brook (Royaume-Uni, 1967)

Au cœur du Swinging London de 1968, au croisement de la Beat Generation de Ginsberg, des Black Panthers et de la contre-culture pop, trois jeunes Anglais, horrifiés par la photo d’un enfant vietnamien blessé, essaient de comprendre la spirale de la violence de la guerre du Viêt Nam et de surmonter leur sensation d’impuissance…
A travers chansons, témoignages et manifestations publiques, Peter Brook signe une de ses plus grandes œuvres : un film satirique d’une irone dévastatrice sur l’absurdité de la guerre.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 25/1 à 21h30

Cinémathèque de Jérusalem, le 23/1 à 19h15

Cinémathèque de Haïfa, le 30/1 à 21h00

Le siège, d’Antonio da Cunha Telles (Portugal, 1970)

Cinémathèque de Tel Aviv, le 30/01 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 20/01 à 19h

Cinémathèque de Haïfa, le 24/01 à 16h30

News from home, de Chantal Akerman (Belgique, 1977)

Une mère écrit a sa fille, partie pour les Amériques.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 29/1 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 25/1 à 21h30

Cinémathèque de Haïfa, le 18/1 à 17h

Shivers, de Wojciech Marczewski (Pologne, 1981)

Cinémathèque de Tel Aviv, le 28/1 à 19h

Cinémathèque de Jérusalem, le 22/1 à 19h

Cinémathèque de Haïfa, le 23/1 à 19h

Les mains d’Orlac, de Robert Wiene (Autriche, 1924)

Un grand pianiste, Orlac, perd l’usage de ses mains. Après une greffe des mains, le musicien apprend que ses nouveaux membres proviennent d’un assassin guillotiné.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 17/1 à 21h30

Cinémathèque de Jérusalem, le 16/1 à 19h

Cinémathèque de Haïfa, le 21/1 à 19h

La belle et la bête, de Jean Cocteau (France, 1946)

Pour l’offrir à sa fille, le père de la Belle cueille, sans le savoir, une rose appartenant au jardin de la Bête, qui s’en offense. Afin de sauver son père, la Belle accepte de partir vivre au château de la Bête.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 19/1 à 19h

Cinémathèque de Jérusalem, le 28/1 à 18h30

Cinémathèque de Haïfa, le 25/1 à 19h

Bienvenue M. Marshall, de Luis García Berlanga (Espagne, 1953)

Un petit village castillan se prépare à recevoir une commission administrative de hauts fonctionnaires américains venus en Espagne pour faciliter une aide économique au pays.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 20/1 à 20h

Cinémathèque de Jérusalem, le 18/1 à 16h30

Cinémathèque de 26/1 à 21h

Une bombe a été volée, d’Ion Popescu-Gopo (Roumanie, 1961)

Cinémathèque de Tel Aviv, le 22/1 à 19h30

Cinémathèque de Jérusalem, le 27/1 à 18h30

Cinémathèque de Haïfa, le 16/1 à 21h

Au feu les pompiers !, de Milos Forman (République Tchèque, 1967)

Dans une petite ville de province, le comité du bal des pompiers prépare fiévreusement la soirée afin que tout se passe bien et que tout le monde s’amuse. Mais en fait la fête est ratée, avec de multiples incidents et vols.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 16/1 à 21h

Cinémathèque de Jérusalem, le 21/1 à 21h

Cinémathèque de Haïfa, le 15/1 à 20h30

Les nains aussi ont commencé petits, de Werner Herzog (Allemagne, 1970)

Un groupe de nains confinés dans un asile sur une île se rebellent contre les gardes et le directeur dans un déchaînement de violence absurde qui finit par se retourner contre eux. En effet, le directeur du centre de redressement a décidé de mettre à l’écart Pepe, le leader d’un groupe de nains de moins en moins tenable. Ces derniers décident alors de se révolter contre tout, et menacent le directeur.

Cinémathèque de Tel Aviv, le 24/1 à 22h

Cinémathèque de Jérusalem, le 29/1 à 19h

Cinémathèque de Haïfa, le 29/1 à 21h

Dernière modification, le 13/01/2014

haut de la page