Comprendre les enjeux de l’initiative pour la paix au Proche-Orient en 3 minutes

Comprendre les enjeux de l’initiative pour la paix au Proche-Orient en 3 minutes

JPEG

Pourquoi lancer une initiative ?

Sous la responsabilité de Jean Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, la France a souhaité prendre cette initiative politique parce que la situation en Israël et dans les Territoires palestiniens se dégrade en l’absence de perspective de négociations. Des menaces croissantes pèsent sur la solution des deux États, en particulier la poursuite de la colonisation. Les crises qui embrasent la région n’ont en rien diminué l’importance du conflit israélo-palestinien. Il est de notre responsabilité d’agir pour recréer un horizon politique favorable à la reprise des négociations bilatérales entre les deux parties aujourd’hui bloquées.

Qui participera à la réunion ministérielle du 3 juin à Paris ?

Cette réunion rassemblera les principaux pays et organisations internationales concernés, sans les Israéliens et les Palestiniens à ce stade : le Quartet pour le Proche-Orient (États-Unis, Union européenne, Russie, Nations unies), les membres permanents du Conseil de sécurité, des partenaires arabes et européens principalement intéressés.

Concrètement, comment cela va-t-il se passer ?

Cette réunion sera ouverte par le Président de la République, puis les ministres des Affaires étrangères des pays invités et les partenaires internationaux dresseront un état des lieux de la situation sur le terrain et de la solution des deux États. Ensuite un échange aura lieu sur les modalités de préparation d’une conférence internationale, qui se tiendra d’ici la fin de l’année, autour des Israéliens et des Palestiniens.

A-t-on vraiment l’espoir d’aboutir à un résultat ? N’est-ce pas juste une initiative de plus ?

Chacun est conscient des difficultés, mais nous ne pouvons pas nous permettre de rester passifs. Tous nos partenaires partagent le constat du délitement de la solution des deux États et de la dangerosité de la situation actuelle. Notre objectif est de mobiliser l’ensemble de la communauté internationale pour qu’elle apporte un soutien actif à une relance du processus de paix.

Cela passe d’abord par une réaffirmation collective de notre attachement à la solution des deux États, qui est la seule solution à même de permettre une résolution juste et durable du conflit.

Mais nous devons aussi convaincre chacun que la paix est dans l’intérêt de tous, en rassemblant les contributions concrètes que tous les partenaires internationaux sont prêts à apporter dans les domaines politique, économique, de développement et de sécurité pour permettre la reprise et l’aboutissement des négociations.

Et après, quelles sont les prochaines étapes ?

La réunion ministérielle du 3 juin est une première étape : elle va enclencher un travail collectif pour préparer une conférence internationale, qui se tiendra d’ici la fin de l’année et réunira l’ensemble de la communauté internationale autour des Israéliens et des Palestiniens.

Cette conférence internationale permettra de relancer la dynamique de la paix.

Dernière modification, le 14/06/2016

haut de la page