Conférence de Paris pour le climat - Tarification du carbone - Communiqué du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (Le Bourget, 01/12/2015)

Plusieurs chefs d’État et de gouvernement (Chine, Allemagne, Mexique, Canada, Éthiopie), réunis autour du président de la République, se sont engagés sur la mise en place d’un prix du carbone. Ségolène Royal a souligné que « cet engagement des chefs d’État est une étape très importante vers la généralisation du prix du carbone ».

Cette démarche est soutenue par de nombreuses entreprises qui intègrent déjà un prix du carbone dans leurs décisions d’investissement. Il s’agit d’un outil essentiel pour réduire la consommation d’énergie fossile et accélérer les investissements dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables.

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a par ailleurs rappelé ce que la France a mis en oeuvre pour être exemplaire sur le sujet :

- La loi de transition énergétique définit une trajectoire de prix du carbone à 56 euros par tonne en 2020 et 100 euros par tonne en 2030. Cette trajectoire ambitieuse donne de la visibilité aux investisseurs. L’augmentation du prix du carbone dans la fiscalité énergétique est globalement compensée par des allègements de charges, pour les produits, travaux et revenus qui contribuent à la transition énergétique. Par exemple, la rénovation énergétique des bâtiments bénéficie d’un crédit d’impôt, d’une TVA réduite, et de l’éco-prêt à taux zéro.

- La France vient de publier sa première stratégie nationale bas-carbone qui souligne l’importance d’utiliser un prix du carbone dans toutes les décisions d’investissement et les politiques sectorielles.

- La loi de transition énergétique prévoit par ailleurs l’obligation pour les investisseurs institutionnels de rendre compte de l’exposition de leur portefeuille au prix du carbone et aux risques climatiques, ainsi que de leur stratégie pour accroître la part verte de leur portefeuille. Le décret d’application a été mis en consultation et sera publié avant la fin de la COP./.

(Source : site Internet du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie)

Dernière modification, le 08/03/2016

haut de la page