Dérèglement climatique - G20 - Communiqué du ministère de de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (Paris, 11/05/2015)

Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du gouvernement, participait vendredi 8 mai à la rencontre des ministres de l’agriculture du G20 à Istanbul à l’invitation de la présidence turque du G20. Quatre ans après la première ministérielle agricole organisée par la France en 2011, la présidence turque a choisi de placer l’agriculture en haut de l’agenda. Outre le ministre français, participaient 12 ministres (notamment Allemagne, Espagne, Italie, États-Unis, Chine, Japon, Canada, Australie, Arabie Saoudite), le commissaire européen à l’agriculture, le directeur général de la FAO et les représentants des autres membres du G20 et invités. Les participants se sont félicités de cette rencontre sur le thème de la durabilité des systèmes alimentaires et la lutte contre les pertes et gaspillages.

Quelques mois avant la « Conférence de Paris climat 2015 », les ministres de l’agriculture du G20 ont reconnu l’enjeu crucial du changement climatique dans la lutte contre l’insécurité alimentaire.

À cette occasion, Stéphane Le Foll a rappelé le triple défi de l’agriculture : la sécurité alimentaire, l’adaptation des systèmes de production et la contribution à la réduction des gaz à effet de serre. La transition des systèmes agricoles vers des systèmes agro-écologiques alliant performances économique, écologique et sociale doit donc être une priorité pour l’ensemble des agricultures du globe et particulièrement pour les agricultures des pays du G20 qui produisent 85 % de la production mondiale.

Lors de son intervention, le ministre a réaffirmé que l’agriculture devait faire partie des solutions au changement climatique lors de la « Conférence de Paris climat 2015 ». En effet, les sols contiennent un stock de carbone équivalent à 2,6 fois celui de l’atmosphère et l’adoption de certaines pratiques agricoles permet d’augmenter cette capacité de stockage. Aussi, Stéphane Le Foll a invité ses homologues du G20 à soutenir un programme de recherche internationale en agronomie pour améliorer les stocks de matières organique des sols de 4 pour 1000 par an pour que l’agriculture soit une des solutions du changement climatique et pour améliorer la fertilité des sols.

En outre, les ministres de l’agriculture se sont entendus pour mettre en place avec les organisations internationales concernées une plateforme d’échanges sur les pertes et gaspillages de productions agricoles afin de mieux évaluer leur impact sur la sécurité alimentaire et partager les bonnes pratiques et travaux sur cette importante question puisque pertes et gaspillages peuvent atteindre 30% de la production de certains pays.

Dans le communiqué final, les ministres de l’agriculture du G20 se sont engagés à définir conjointement avec le secteur développement du G20 un « plan d’action pour la sécurité alimentaire et des systèmes alimentaires durables », d’ici le sommet des chefs d’État du G20 à Antalya en novembre 2015./.

(Source : site Internet du de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt)

Dernière modification, le 08/03/2016

haut de la page