Irak - Laurent Fabius a participé à la réunion du conseil de sécurité des Nations unies


- Irak – Réunion du conseil de sécurité des Nations unies (New York, 19 septembre 2014)

M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, a participé à la réunion du conseil de sécurité des Nations unies consacrée à l’Irak.

La conférence internationale de Paris, organisée le 15 septembre à l’initiative de la France et de l’Irak, a permis d’affirmer l’attachement de la communauté internationale à l’unité, l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Irak et a fourni un cadre politique pour le soutien à l’Irak. Les participants se sont en particulier engagés à soutenir le nouveau gouvernement irakien dans sa lutte contre Daech, y compris par une aide militaire appropriée aux besoins exprimés par les autorités irakiennes. C’est en application de cet engagement que la France a décidé de déployer un soutien aérien aux opérations contre Daech en Irak.

Dans le prolongement de cette conférence, la réunion du conseil de sécurité vise à intensifier la mobilisation internationale afin d’apporter à l’Irak l’aide internationale dont il a besoin sur les volets politique, humanitaire, et sécuritaire.

Q - Concernant la réunion de mercredi prochain sur le Conseil de sécurité sur le terrorisme, c’est bien une réunion qui sera présidée par M. Obama ?

R – Les Etats Unis exercent la présidence mensuelle du Conseil de sécurité au mois de septembre. La réunion du conseil de sécurité du 24 septembre portera sur le phénomène des combattants terroristes étrangers. Il s’agit de lutter notamment contre les filières de recrutement djihadistes. Elle se place dans le prolongement de la résolution 2170, qui a été adoptée dès le 15 août contre Daech, pour empêcher son financement et mettre en place un dispositif de sanctions internationales individuelles.


Q - Mais si cette réunion se traduit par l’adoption d’une déclaration présidentielle, et pas d’une résolution, aura-t-elle un caractère obligatoire ?

R - Si, parce que dans la charte des Nations unies il n’y a pas de hiérarchie des normes. Quand le conseil de sécurité fait une déclaration, elle a valeur de décision et elle est obligatoire pour l’ensemble de la communauté internationale. C’est toujours un engagement fort du conseil de sécurité. Cette réunion sera importante et elle va conduire un certain nombre d’États à changer leur législation en matière de filières terroristes, comme nous-mêmes nous l’avons fait d’ailleurs puisque nous avons adopté un plan d’action gouvernementale contre les filières djihadistes. Je ne dis pas que la France est un modèle pour les autres Etats mais nous avons adopté un certain nombre de mesures très précises de nature législative et réglementaire pour empêcher le départ de français en Syrie notamment.

Q - Pour revenir sur les frappes aériennes en Irak, est-ce que on peut avoir quelques éléments ? Ce sont des avions basés à Abu Dhabi et si ce sont deux rafales seulement ? Diplomatiquement que peut-on dire ? On vole en coordination avec les Américains ou nous avons notre propre système ?

R - Sur les aspects opérationnels, je vous renvoie sur le ministère de la défense. Sur le plan diplomatique, le président a rappelé hier le cadre de notre action. Il y a une demande des autorités irakiennes, donc on se situe bien dans le cadre du respect de la légalité internationale, avec un objectif qui est celui de neutraliser une organisation terroriste qui menace la sécurité de l’Irak, la sécurité régionale et la sécurité internationale.

Dernière modification, le 22/09/2014

haut de la page