Israël - Territoires palestiniens - Réponse de M. Laurent Fabius à l’Assemblée nationale

Israël - Territoires palestiniens
Réponse de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à une question à l’Assemblée nationale, (Paris, 23 juillet 2014)

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Madame la Députée,

J’étais encore il y a quelques jours au Proche-Orient. J’ai d’abord rencontré le président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas qui m’a dit à quel point il appréciait l’attitude de la France et qui m’a demandé d’intervenir, ce que j’ai fait, auprès de ceux qui, dans la région, peuvent essayer de tempérer, si c’est possible, le Hamas.

J’ai ensuite rencontré le président égyptien et je lui ai dit que la France soutenait la proposition de cessez-le-feu parce que, lorsque l’on voit comme vous le voyez, des dizaines et des dizaines, maintenant des centaines de Palestiniens civils tués et en même temps des militaires israéliens tués, il n’y a qu’une demande à faire qui est cette demande pressante de cessez-le-feu.

J’ai rencontré les autorités jordaniennes et enfin, j’ai rencontré le Premier ministre israélien. À tous, j’ai tenu le même langage qui est depuis longtemps celui de la France :

D’abord, dans le conflit, le cessez-le-feu immédiat, je dis bien immédiat. Je suis en contact - comme le président de la République - en permanence avec tous les protagonistes.

Ensuite, et parce que c’est le fond du sujet, il faut aller vers la négociation pour trouver enfin le chemin de la paix. Et il n’y aura pas de paix possible si, d’une part, la sécurité d’Israël n’est pas reconnue, assurée et si, d’autre part, les droits des Palestiniens ne sont pas respectés.

C’est la position traditionnelle de la France et c’est la position qu’aujourd’hui nous continuons à tenir. C’est aussi la position que j’ai tenue hier auprès de mes collègues ministres des affaires étrangères européens et c’est la position qu’a adoptée la France au conseil de sécurité des Nations unies. Nous n’avons qu’une seule volonté, le dialogue et la paix./.

Dernière modification, le 28/07/2014

haut de la page