Déplacement de M. Jean-Marc Ayrault en Israël et dans les Territoires palestiniens (15 mai 2016)

M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, se rendra le 15 mai en Israël et dans les Territoires palestiniens.

Il s’entretiendra avec le Premier ministre israélien, M. Benjamin Netanyahou, et le président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas, afin d’évoquer l’initiative française de relance du processus de paix. Il leur fera part de la solidarité et de l’amitié de la France avec les peuples israélien et palestinien et réaffirmera la détermination de la France à contribuer à redonner une dynamique au processus de paix.

Dans cette perspective, M. Jean-Marc Ayrault évoquera avec ses interlocuteurs la préparation de la réunion ministérielle qui se tiendra à Paris le 30 mai et rassemblera un groupe d’États attachés à une paix juste et durable qui passe par la concrétisation de la solution des deux États. Cette rencontre permettra de préparer une conférence internationale, à laquelle les Israéliens et les Palestiniens seront invités.

Q - Quelle est la position de la France concernant la résolution adoptée par l’UNESCO sur Jérusalem ?

R - Le Premier ministre comme le ministre ont rappelé notre position sur Jérusalem, qui est claire. Elle ne varie pas et ne variera pas : Jérusalem est une ville fondamentale pour les trois grandes religions monothéistes et qui appartient à tous les croyants, juifs, chrétiens et musulmans, qui doivent y voir respecter leur liberté d’accès et de culte.

Q - Comment allez-vous définir la liste des pays invités à participer à la réunion du 30 mai ?

R - Il s’agit de ceux qui veulent s’engager avec nous pour promouvoir une reprise du dialogue entre Israël et les Palestiniens et relancer le processus de paix. Le ministre se rend sur place. M. Jean-Marc Ayrault s’est déjà rendu au Caire, auprès de la Ligue arabe. Nous avons multiplié les contacts avec les partenaires susceptibles de favoriser une reprise de processus de paix. Rien ne serait pire que de se résigner : nous voulons travailler pour la paix.

Dernière modification, le 16/05/2016

haut de la page