- Liban - Point de presse du porte-parole

Q - Qu’attendez-vous du point « Liban » qui est à l’ordre du jour du conseil Affaires étrangères de lundi ?

R - Comme le rappelle régulièrement M. Laurent Fabius, la crise syrienne comporte des risques graves pour la stabilité et l’avenir du Liban, pays auquel tant de liens nous attachent. Avec nos partenaires de l’Union européenne, nous souhaitons préserver à tout prix sa stabilité.

Lors du conseil de lundi, plusieurs messages seront adressés. D’abord évidemment un soutien au président Sleimane, à la politique de dissociation et au rôle joué par les forces armées libanaises dans cet effort. Ce sera également l’occasion pour les pays de l’Union européenne d’exprimer leur solidarité face aux conséquences de l’arrivée de centaines de milliers de réfugiés syriens.

Pour nous, le Liban est un pays frère, c’est un pays avec lequel nous avons des coopérations dans tous les domaines. Nous avons été à l’origine du lancement, à New York au mois de septembre, du groupe international de soutien au Liban. Une conférence des donateurs devrait par ailleurs avoir lieu début 2014 au Koweït. Il est essentiel d’aider les Libanais par tous les moyens (aide financière, livraison de matériel humanitaire, de médicaments, etc.).

Q - Les ministres des affaires étrangères évoqueront-ils la crise politique interne ?

R - Ce qui sera rappelé, c’est le soutien au président Sleimane et à la politique de dissociation. L’Union européenne n’a pas à s’ingérer dans la politique intérieure libanaise. Mais nous rappellerons notre attachement à la stabilité et donc à la nécessité de préserver les équilibres politiques actuels.

Dernière modification, le 16/12/2013

haut de la page