Lutte contre l’antisémitisme - Réponse de Manuel Valls à l’Assemblée nationale

Lutte contre l’antisémitisme - Réponse de M. Manuel Valls, Premier ministre, à une question à l’Assemblée nationale (Paris, 15/07/2014)

Monsieur le Député,

Je souhaiterais que, dans de tels moments, face à des débordements tout à fait intolérables il y ait, de la part de la représentation nationale et de tous les responsables politiques, comme cela a été souvent le cas, une capacité d’union et de rassemblement.

Même sur un sujet qui met en cause - vous n’avez pas tort à cet égard - la cohésion, le ferment même de la nation, vous trouvez une fois encore, et je le regrette le moyen de diviser et de faire porter la responsabilité sur le président de la République.

Sur des sujets comme celui-là, sur lesquels, d’ailleurs, comme tous ici, j’ai toujours été intraitable, que ce soit en tant que ministre de l’intérieur, de parlementaire ou, tout simplement, de responsable politique, ne pourrait-on pas se retrouver, plutôt que de diviser et d’en appeler en permanence à la confrontation politique ? La lutte contre le racisme, l’antisémitisme, la division et le communautarisme devrait nous rassembler, au nom même des valeurs de la République.

Pourquoi essayer, Mesdames et Messieurs de l’opposition, de diviser et de casser, alors que, au contraire, le rassemblement, la capacité à trouver les mêmes mots, à nous retrouver autour des mêmes valeurs, constituent la meilleure réponse contre ces débordements, contre ceux qui s’en prennent à des synagogues, contre ceux qui s’en prennent aux juifs de France. Car s’en prendre aux synagogues et aux juifs de France, ce n’est pas s’en prendre à une communauté : c’est s’en prendre à la République, à la France et à nos valeurs. Voilà ce qui devrait être en permanence rappelé et qui rendrait d’ailleurs plus forte, votre question.

La police française a parfaitement réagi. Elle a empêché, précisément, les intrusions dans les synagogues du quatrième et du douzième arrondissement. Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a reçu hier les représentants de la communauté juive. Le président de la République a dit, ce que je redis devant vous, que nous ne pouvons admettre, en France, un seul instant, que l’on cherche une fois encore à importer sur notre sol le conflit du Proche-Orient.

Je veux dire à tous nos compatriotes, notamment à ceux de confession juive, qu’ils ont droit évidemment à la sécurité, que nous sommes à leurs côtés, que nous saisissons la justice et que jamais nous ne permettrons ces divisions, parce que ce n’est pas cela, la France. Voilà, comment on rassemble un pays : en agissant pour les valeurs de la République./.

(Source : site Internet de l’Assemblée nationale)

Dernière modification, le 17/07/2014

haut de la page