Lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Paris, 09/12/2014)

Réponse de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, à une question à l’Assemblée nationale

Monsieur le Député, votre question revient, avec des mots forts, sur le problème qu’a remarquablement évoqué à l’instant, le Premier ministre, en rappelant les valeurs de la République, ces valeurs que nous devons systématiquement ériger ces valeurs en remparts lorsque les idéologies les plus funestes, qui ont déjà rongé la République de l’intérieur, recommencent à poindre.

Je me suis rendu dimanche matin, comme de nombreux parlementaires de différentes sensibilités, à Créteil. J’y ai rencontré, aux côtés de Laurent Cathala, député-maire de Créteil, une famille profondément brisée, habitée par la peur, désespérée que ses enfants aient pu être à ce point atteints.

J’ai aussi rencontré, lors de cette manifestation, une communauté chez qui l’inquiétude était omniprésente et l’indignation très grande. J’ai ressenti, comme l’a dit le Premier ministre, un très grand besoin de protection par la République de tous ses enfants, notamment des juifs de France, qui se sont sentis terriblement blessés par les attaques, les insultes et les violences dont ils ont été victimes.

Le Premier ministre l’a dit, il faut faire de la lutte contre le racisme et contre l’antisémitisme une grande cause et un grand engagement.
Cela signifie que les forces de l’ordre continueront de protéger en nombre toutes les institutions et tous les lieux de culte, afin qu’aucune violence ne se produise.

Cela signifie également que la belle valeur de laïcité dont vous avez parlé et que nous avons célébrée ce matin, dans une école, avec la ministre de l’éducation nationale, doit constituer un creuset permettant à tous les enfants de France de se retrouver dans la République.

Comment définir cette valeur de laïcité ? C’est une valeur de profond respect à l’égard de ceux qui ne croient pas comme de ceux qui croient et qui ont fait, en conscience, le choix de leur religion, doivent, au sein de la République, être respectés en raison de leurs convictions.

Cette grande cause nationale doit mobiliser toutes les administrations et tous les acteurs de la République pour remettre au cœur de la République et de notre pays une belle notion, dont les juifs de France, comme toutes les victimes de racisme, ont grand besoin : cette valeur porte un nom simple, le respect./.
(Source : site Internet de l’Assemblée nationale)

Dernière modification, le 11/12/2014

haut de la page