Lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Paris, 17/02/2015)

Réponses de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, à des questions à l’Assemblée nationale - Le président de la République a confirmé que l’année 2015 ferait de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une grande cause nationale ; un plan qui manifestera cette volonté sera présenté dans quelques semaines.

Monsieur le Député, ce matin, avec le président de la République, le président de l’Assemblée nationale et le président du Sénat, nous étions à Sarre-Union, en présence des élus alsaciens, toutes tendances politiques confondues, et de la jeunesse de cette région, venue dire son indignation et son horreur. Ce que nous avons découvert est terrifiant : la profanation de plusieurs centaines de tombes, qui manifeste d’une grande violence et - pourquoi ne pas le dire ? - de ces haines qui rongent la République de l’intérieur, de cette inconscience, lorsque les comportements sont dictés par le seul instinct de la violence.

Ces actes doivent être condamnés avec la plus grande fermeté. Le président de la République a rappelé la détermination du gouvernement à agir. Il s’agit d’abord de protéger tous nos concitoyens de confession juive, dans un contexte où ils sont menacés : c’est ce que nous faisons en assurant la protection des lieux de culte, des institutions, des écoles, grâce à une mobilisation exceptionnelle des forces de l’ordre et des militaires.

J’ai également donné l’instruction très claire aux préfets de porter plainte systématiquement, en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale, lorsque des actes antisémites sont constatés sur le territoire du ressort de leur compétence. Il faut le faire systématiquement, de façon extrêmement ferme. Je puis vous assurer que les forces de police, les préfets, la justice sont unis pour que le droit passe lorsque ces actes abjects sont commis.

Enfin, le président de la République a confirmé que l’année 2015 ferait de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme une grande cause nationale ; un plan qui manifestera cette volonté sera présenté dans quelques semaines.


Monsieur le Député, vous avez raison de vous indigner et de mettre autant de force dans votre question car, quand nous étions ce matin avec le président de la République, le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale devant ce monument saccagé, qui portait l’inscription « À la mémoire des déportés », nous avons ressenti tout ce qu’il y avait d’abject et de violent dans cet acte qui renvoyait à ce qu’est la nature profonde de l’antisémitisme par-delà les frontières, quels que soient les moments de l’Histoire, dans cet acte marqué par une forme profonde d’ignorance et de bêtise que l’on voit se déployer dans un irrespect assumé sur Internet avec des phrases, des mots qui atteignent et blessent, et que l’absence de régulation permet.

Nous sommes déterminés, comme l’a dit le président de la République ce matin, à combattre cette forme de bêtise, et d’abord en protégeant nos compatriotes de confession juive. Nous le faisons en mobilisant toutes nos forces de l’ordre et nos militaires, devant l’ensemble des institutions, pour que la sécurité des juifs de France, qui sont menacés, soit assurée. Nous le faisons en érigeant la lutte contre l’antisémitisme en grande cause nationale. C’est dans cet esprit que le président de la République et le Premier ministre ont souhaité donner de nouveaux moyens à la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, afin de développer des formations et une sensibilisation dans les écoles, les quartiers et les administrations, de qualifier l’antisémitisme et de faire en sorte que, grâce à l’enseignement de l’Histoire, de tels propos ne soient plus tenus.

Enfin, nous sommes déterminés à ce que le droit triomphe. Aussi ai-je demandé au préfet de faire preuve de la plus grande fermeté et de recourir à l’article 40 du code de la procédure pénale pour dénoncer tous les actes antisémites et faire en sorte que le droit s’applique./.
(Source : site Internet de l’Assemblée nationale)

Dernière modification, le 19/02/2015

haut de la page