Point de presse conjoint de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, avec M. Adel al-Jubeir, ministre des affaires étrangères de l’Arabie Saoudite (Paris, 28/06/2016)

Propos de M. Jean-Marc Ayrault
Israël - Territoires palestiniens

(...)

Nous avons eu un long échange sur l’initiative française de paix au Proche-Orient. Adel al-Jubeir a confirmé le soutien de son pays à la démarche française. J’ai d’ailleurs salué le rôle particulier que l’Arabie Saoudite a joué le 3 juin, lorsque nous étions réunis ici à Paris, rôle particulièrement utile et constructif pour rapprocher les points de vue et affirmer la volonté commune de relancer un processus de paix, recréer les conditions d’une négociation entre les parties en réaffirmant très fortement la perspective de deux États, et pour redonner de l’espoir, en particulier aux Palestiniens.

(...)

Q - Depuis la conférence de Paris, les Égyptiens ont fait une offre pour aider de manière directe. J’aimerais comprendre ce qu’est cette offre exactement, fait-elle partie de l’offre française ou est-ce en concurrence ?

R - Il n’y a pas de concurrence, il y a une complémentarité. Ce que nous souhaitons, c’est qu’il y ait une vraie sincérité pour changer la situation de blocage dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Le gouvernement israélien, qui n’est pas favorable à cette approche de la communauté internationale pour recréer un climat favorable au processus de paix, propose des négociations directes. Mais nous savons bien que les conditions ne sont absolument pas réunies pour que ces négociations aient lieu. C’est la raison pour laquelle il y a une attitude de blocage. Tout ce qui peut aider à faire bouger le point de vue israélien sera utile.

L’Égypte a proposé d’aider et ce n’est pas contradictoire avec la démarche que nous avons entreprise et qui se poursuit. En effet, depuis le 3 juin, nous avons préparé une nouvelle étape avec des groupes de travail qui vont se réunir juste après le Ramadan. J’ai écrit à tous les participants pour leur faire une proposition de méthode, une proposition thématique. Par ailleurs, le rapport du Quartet devrait enfin être rendu public et je pense qu’il montrera à quel point la situation est bloquée sur le terrain et notamment à cause de la colonisation. Il faut donc que les choses changent.

Et puis nous aurons, c’est une proposition que j’ai faite, une autre rencontre après celle du 3 juin, à l’occasion et en marge de l’assemblée générale des Nations unies, au cours de laquelle nous pourrons réunir tous les participants du 3 juin pour faire un nouveau point d’étape. (...)./.

Dernière modification, le 29/06/2016

haut de la page