Retour de mission - L’innovation à la française

Voilà maintenant sept jours que le campus d’innovation de Minatec, situé sur le site du CEA-Grenoble, n’a plus de secret pour les 14 participants au voyage scientifique organisé par l’Ambassade de France en Israël. Après avoir brillamment accompli leur mission de découverte, les scientifiques, universitaires et journalistes qui avaient fait le déplacement s’apprêtent à poursuivre les échanges débutés avec les équipes grenobloises.

Le programme des visites, articulé autour des thématiques nouvelles énergies, technologies de l’information et santé, a suscité la curiosité de l’ensemble des membres la délégation, pourtant venus d’horizons variés.

La visite du superbe showroom présentant de manière concrète et visible les travaux des laboratoires de Minatec a permis d’illustrer le large éventail d’applications industrielles du centre. Les maquettes de démonstration de matériaux intelligents, de miniaturisation, de transmissions sans contact ou encore de récupération d’énergie ont agi comme des « catalyseur d’idées » et ont permis aux Israéliens de mesurer l’étendue des compétences du centre allant de l’habitat au transport en passant par les loisirs numériques. Un panel de possibilités et une capacité de transfert technologique impressionnants, quasi uniques en Europe.

JPEG

Les projets du CEA-LITEN, le laboratoire d’innovation pour les technologies des énergies nouvelles, en ont convaincu plus d’un. La plateforme complète de production de batteries, qui permet d’assurer un suivi depuis la création de nouveaux matériaux jusqu’à l’intégration de batteries dans des véhicules électriques commercialisés, est un véritable atout pour le centre français et a séduit la délégation, prête à poursuivre les collaborations. Le centre rassemble en effet les compétences et les équipements lourds permettant de développer d’un savoir-faire sur toutes les thématiques liées à l’électrification du véhicule : stockage, générateur électrique, gestion de l’énergie et électronique de puissance. Cet outil de R&D unique en Europe par sa taille et par l’étendue de son activité est largement ouvert aux collaborations industrielles.

Même impression pour le centre Clinatec dont la capacité d’innovation n’est plus à prouver. Ce centre de recherche clinique doté d’impressionnants équipements, unique au monde, est le seul capable d’imaginer des traitements et méthodes de diagnostics et d’investigations physiopathologiques innovants, et d’accélérer leur preuve de concept. La proximité entre des médecins, des biologistes et des spécialistes en micro-nanotechnologies et électronique y est pour quelque chose dans la réussite du site. Deux projets phares de Clinatec ont retenu l’attention de la délégation : une interface cerveau-machine capable de rendre l’usage de leurs membres à des personnes paralysées via un implant cérébral et un outil de biopsie minimalement invasif qui permet de prélever des protéines ciblées par simple contact avec les tissus cérébraux et d’affiner le diagnostic et le traitement associé.

JPEG

Le dernier site visité, et non des moindres, a impressionné la délégation tant par les investissements dont il a bénéficié que par sa configuration unique. En effet, les plateformes MOS et MEMS du CEA-LETI, laboratoire d’électronique et de technologies de l’information, possèdent plus de 6500m² de salles blanches dédiées à la création de nouvelles applications de micro et nanotechnologies. Les 450 employés des plateformes assurent la réalisation de projets de recherche jusqu’au prototypage 7 jours sur 7 et 24h sur 24. La connexion, en 2010, des deux plateformes par un funiculaire ultra-propre, sorte de salle blanche mobile, a permis d’accroître considérablement l’efficacité du centre.

Dernière bonne découverte de ce voyage : la rencontre avec une vingtaine de chefs d’entreprises et de start up de la région en quête de collaboration industrielle et universitaire ou coopérant déjà avec Israël. La puissance d’innovation de ce petit territoire français semble parfaitement s’adapter aux méthodes et ambitions de la start up nation. Et il y a fort à parier que les relations franco-israéliennes dans les domaines de l’énergie, de la santé et des technologies de l’’information n’en sont qu’à leurs débuts…

Dernière modification, le 17/06/2014

haut de la page