Stephan Blajman – le succès d’une marque française en Israël

Stephan Blajman – Un homme au parcours varié derrière le succès d’une marque française en Israël

JPEG - 1.5 Mo

Stephan Blajman au nouveau centre commercial en plein air Sarona, Tel aviv (crédit photo : Antoine Régeard)

En 1996, l’Occitane en Provence ouvre sa toute première boutique en Israël, au Centre Dizengoff de Tel Aviv. Dix-huit ans plus tard, L’Occitane possède une dizaine de magasins et une trentaine de points de ventes dans tout le pays.

Derrière ce succès de la marque en Israël se trouve Stephan Blajman, directeur de l’Occitane en Israël. Ce Français originaire de Metz, parti vivre en Israël à l’âge de dix-sept ans, se distingue par son parcours riche et atypique.

Tour à tour étudiant en informatique, soldat de Tsahal, gérant d’une boîte de nuit à Netanya, puis dirigeant d’une société de maisons intelligentes en France, Stephan Blajman retourne en 1996 en Israël à la tête de la filiale locale de l’Occitane.
C’est en effet après un passage en France de 8 ans que Stéphane décide de revenir en Israël pour y faire grandir ses enfants, et se met à la recherche d’une marque dont il pourrait créer une franchise : « Après mes études et mon service militaire en Israël j’ai décidé de rentrer en France avec mon amie (qui allait devenir ma femme). 8 ans plus tard, marié et père de 2 enfants, nous avons éprouvé le besoin de revenir en Israël pour y faire grandir nos enfants ». Et c’est presque le hasard qui a fait le reste : « J’ai vendu mon entreprise et je suis allé au salon de la Franchise essayer de trouver l’idée qui nous permettrait de réussir notre retour. L’Occitane qui se tournait à peine vers l’exportation recherchait des entrepreneurs pour développer son réseau dans le monde. J’ai été séduit par la proposition et lors d’un voyage en train je suis tombé sur un article expliquant qu’il manquait en Israël des magasins spécialisés en cosmétiques ! Je me suis décidé à prendre la franchise de L’Occitane en Israël ».
S’intégrer au marché israélien n’a pas été facile. Mais refusant de se laisser décourager par les nombreuses réglementations régissant l’importation de produits français vers Israël, Stephan Blajman s’est associé avec l’entreprise israélienne Tamar, chargée de distribuer les produits de la marque et de gérer les importations et exportations, et a réussi à imposer l’Occitane en Israël.

Il a fallu également s’adapter à la culture du travail israélienne : « Le code vestimentaire en Israël est très différent de celui de la France, mon uniforme « costume cravate » en toutes saisons faisait tache. J’ai donc décidé de le changer pour mieux m’intégrer à la société israélienne. Mais j’ai été surpris par les réactions de certains de mes clients qui regrettaient ces costumes « à la française » ! »
Ce lien étroit de Stephan Blajman avec la culture française – lien qu’il a d’ailleurs transmis à ses enfants en leur enseignant le français – lui assure une forte crédibilité en tant que directeur de l’Occitane, une marque qui incarne, en Israël, le savoir-faire traditionnel français en matière de produits cosmétiques. C’est ce même attachement qui l’a encouragé à faire de l’Occitane un partenaire de l’édition 2014 du Festival du film français, organisé par l’Ambassade de France et l’Institut français d’Israël.

Résolument tourné vers l’avenir, Stephan Blajman vient tout juste d’inaugurer une nouvelle boutique avec un Spa « a Sarona village Tel Aviv , la dixième de l’Occitane en Israël.

Dernière modification, le 17/10/2014

haut de la page