Syrie – propos du Président de la République lors de sa Déclaration conjointe avec M. Ahmad AL-ASSI AL-JARBA, président de la Coalition nationale syrienne (24 juillet 2013)

LE PRESIDENT - Mesdames et Messieurs, j’ai accueilli le Président de la coalition nationale syrienne, ici à Paris, qui pour nous, est la seule représentation légitime du peuple syrien. Nous savons dans quelle situation est la Syrie aujourd’hui, après tant de mois de massacres, 100 000 morts, des millions de déplacés, des réfugiés.

 
Nous avons deux objectifs. Le premier, c’est de soutenir la coalition avec la volonté qu’elle puisse réunir toutes les forces démocratiques de la Syrie. Nous avons un deuxième objectif, c’est poursuivre la pression politique militaire. C’est la responsabilité de la coalition et de son armée pour réussir Genève II. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons appuyer, accompagner la coalition dans tous les contacts qu’elle pourra avoir pour lui donner tous les éléments lui permettant de venir dans les meilleures conditions à la conférence qui, enfin, règlera politiquement la question de l’avenir de la Syrie.
 

La France est aux côtés de la coalition, et se mobilise sur le plan politique et sur le plan humanitaire pour apporter les soutiens indispensables à la population. Nous travaillons au plan européen pour avoir une position commune, notamment sur la question de l’embargo et nous travaillons aussi avec les Américains et tous les pays amis de la Syrie et notamment les pays arabes.
 

Voilà le sens de notre rencontre aujourd’hui. Je rappelle que la France a été le premier pays à reconnaître la légitimité de la coalition et qu’elle sera toujours à ses côtés en rappelant autant de fois qu’il est nécessaire que cette coalition combat le régime de Bachar El-ASSAD et n’a rien à voir avec les groupes extrémistes qui s’emparent de la situation en Syrie pour faire valoir d’autres intérêts que ceux du peuple syrien.

Dernière modification, le 20/01/2014

haut de la page