« Le Monde » : Tribune conjointe de M. François Hollande, président de la République, et de M. Barack Obama, président des Etats-Unis d’Amérique, dans le quotidien « Le Monde » (extraits)

Actuellement, des diplomates américains et français se préparent à entamer des discussions avec l’Iran sur la base de l’accord qui a suspendu et interrompu des éléments clés du programme nucléaire iranien. Les responsables français et américains échangent quotidiennement des informations pour lutter contre le terrorisme dans le monde. Dans toute l’Afrique et sur les autres continents, nos experts en développement aident des agriculteurs à augmenter leurs rendements et à sortir de la pauvreté. Dans des enceintes telles que le G8 et le G20, les Etats-Unis et la France s’attachent à promouvoir une croissance forte, durable et équilibrée, l’emploi et la stabilité, et nous relevons des défis mondiaux auxquels aucun pays ne peut, à lui seul, faire face. Dans de jeunes entreprises de haute technologie à Paris et dans la Silicon Valley, des entrepreneurs américains et français mettent au point ensemble des innovations qui dynamisent l’économie mondiale.

Il y a dix ans à peine, peu nombreux étaient ceux qui pensaient que nos deux pays allaient travailler ensemble aussi étroitement dans tant de domaines. Mais notre alliance s’est transformée au cours des dernières années. Depuis le retour de la France dans la structure de commandement de l’OTAN, il y a quatre ans, nous avons développé notre coopération à tous les niveaux dans le cadre de notre engagement à renforcer constamment le partenariat entre l’OTAN et l’Union européenne. Nous sommes deux nations souveraines et indépendantes qui prenons nos décisions en nous fondant sur nos intérêts nationaux respectifs. Mais c’est précisément parce que nos intérêts et nos valeurs sont si proches que nous avons été en mesure de faire franchir un nouveau cap à notre alliance.

Enraciné dans une amitié de plus de deux siècles, notre partenariat toujours plus étroit constitue un modèle de coopération internationale. Un pays ne peut pas à lui seul venir à bout des défis transnationaux. Il faut qu’un plus grand nombre de pays prennent des initiatives et partagent le poids et le prix du leadership. Il faut qu’un plus grand nombre de pays prennent leurs responsabilités pour garantir la sécurité et la paix dans le monde et faire progresser la liberté et les droits de l’Homme.

En misant sur le premier accord conclu avec l’Iran, unis avec nos partenaires du groupe 5+1 - le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Russie et la Chine - et avec l’Union européenne, nous nous retrouverons la semaine prochaine à Vienne pour entamer des discussions en vue de parvenir à une solution globale pour empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire.

En Syrie, notre menace crédible de recourir à la force a permis d’élaborer le plan de destruction des armes chimiques syriennes et la Syrie doit désormais remplir ses obligations. Alors que la guerre civile syrienne compromet la stabilité de la région, y compris du Liban, la communauté internationale doit redoubler d’efforts pour porter assistance au peuple syrien, renforcer l’opposition modérée syrienne et œuvrer, dans le cadre du processus de Genève II, à une transition politique qui libère le peuple syrien de la dictature et du terrorisme.

Dernière modification, le 09/09/2014

haut de la page